le Dimanche 8 février 2015

La SARAS sera dissoute

La Société d’aménagement de la Rivière-aux-Sables (SARAS) sera dissoute. Les équipements détenus par l’organisme sans but lucratif (OSBL), dont la valeur atteint environ 100 000$, seront récupérés ou vendus par la Ville.

C’est ce qu’a confirmé le maire Jean Tremblay lors de la dernière assemblée publique du conseil municipal, tenue lundi. Le premier magistrat a fait le point sur la question à la suite de la publication d’un article au sujet de la SARAS dans l’édition du Progrès-Dimanche du 19 janvier. Il était alors question du retrait, par Saguenay, d’une subvention annuelle de 245 000$ accordée à la SARAS et du remboursement d’une dette de 200 000$ cumulée par l’organisme. Les membres du conseil d’administration de la SARAS ont démissionné en bloc au printemps de 2014, mais l’organisme recevait tout de même des fonds publics.

“Après la démission du CA, on ne pouvait pas la dissoudre. Il faut nommer un CA pour la dissoudre et c’est l’avocat qui a été nommé pour ça”, a fait valoir le maire, faisant référence à Me Jean-Sébastien Bergeron, désigné par la Ville à la barre du conseil d’administration.

Quai de l’Éperlan

Quant à la gestion du poste d’essence du quai de l’Éperlan, laquelle se trouve sous le giron de la SARAS, le maire Tremblay a expliqué que la Ville est en train de négocier avec un organisme qui pourrait s’occuper de la pompe, utilisée par les plaisanciers de Lac-Kénogami en période estivale.

“S’il y a une entente avec un organisme, c’est sûr qu’il va y avoir un protocole d’entente. S’il n’y en a pas, ça va être la Ville qui va faire les opérations”, a précisé le maire.

L’organisme en question pourrait être le Camping Jonquière, puisque la Ville projetait de fusionner la SARAS et le Camping. C’est d’ailleurs ce projet qui a poussé les administrateurs à démissionner. Les deux corporations se partageaient, jusqu’à tout récemment, environ un demi-million de dollars en subventions municipales annuellement. Notons, en terminant, que Saguenay a reconduit l’aide accordée au Camping Jonquière, après l’avoir temporairement révoquée l’an dernier. Le comité exécutif a donné son aval au versement d’une première enveloppe de 50 000$ le 15 janvier dernier.