le mercredi 6 octobre 2010

Rivière Pikauba

Pas besoin de barrage, dit Claude Collard

LAC-KÉNOGAMI – Le président de l’Association pour la protection du lac Kénogami (APLK), Claude Collard, ne souhaite pas qu’on rouvre le débat sur la pertinence de construire un barrage sur la rivière Pikauba. Il continue d’affirmer que cet ouvrage n’est nullement nécessaire pour assurer la sécurité des riverains.

Rappelons que lors de la séance du conseil de ville de Saguenay, lundi soir, un citoyen a demandé au maire Jean Tremblay de faire des représentations à Québec pour obtenir la réalisation de ce barrage, qui faisait partie du décret gouvernemental pour la Régularisation des crues du bassin versant du lac Kénogami. M. Tremblay a rétorqué que malgré ses demandes répétées au gouvernement, la réponse était toujours négative et qu’il était persuadé que le barrage ne se réaliserait pas.

“Je suis content de la réponse du maire Tremblay. Nous avons réglé la problématique de la gestion estivale en 2006 à la satisfaction de la population, autant les riverains que les usagers, à très peu de frais pour les compagnies qui bénéficiaient depuis 1923 des installations et sans dommage pour l’environnement. Nous avons aussi priorisé les étapes des différentes composantes du projet de régularisation pour assurer leur réalisation”, rappelle M. Collard.

Pour lui, tous les outils sont mis en place pour s’assurer d’une gestion sécuritaire du niveau du lac Kénogami. Et le creusage du seuil de la rivière Aux-Sables viendra apporter un élément supplémentaire.

“Avant 1996, nous n’avions aucun outil prévisionnel pour vérifier ce qui s’en venait, ce qui n’est plus le cas maintenant. Et avec les nouvelles installations, nous allons pouvoir ouvrir les pelles du côté de la rivière Aux-Sables et non plus uniquement du côté de la rivière Chicoutimi. Il n’y a donc aucune raison d’ajouter une autre béquille, soit le réservoir en amont. Et c’est sans compter qu’on détruirait une des plus belles rivières au Québec”, conclut le président de l’APLK.