le samedi 3 septembre 2005

La Pikauba réglerait les problèmes

Jonquière – La direction d’Elkem Metal privilégie toujours la construction d’un barrage sur la rivière Pikauba afin de solutionner les problèmes engendrés par la gestion du niveau d’eau du lac Kénogami.

En conférence de presse hier, le président directeur général de la division chicoutimienne d’Elkem, Pierre Gauthier, a rappelé que cette option est privilégiée par l’entreprise depuis 1997. La construction d’un nouveau barrage permettrait, selon lui, de soutenir le niveau d’eau l’été, en plus de garantir la sécurité des riverains en période de crue maximale. Il est à noter que le gouvernement québécois a récemment abandonné l’idée de construire un ouvrage de retenue des eaux sur la rivière Pikauba, un projet évalué à une centaine de millions de dollars.

Pas les moyens

Inquiète des répercussions que pourrait avoir la diminution de la ressource hydroélectrique sur ses activités en région, Elkemaffirme qu’elle n’a pas les moyens de “régler le problème récréotouristique au lac Kénogami”.

“On ne fait pas partie des solutions et on ne peut pas en faire plus. Malgré le taux de change défavorable, le coût élevé des matières premières, les exportations des pays d’Asie et les coûts de transport, nous faisons tout pour demeurer opérationnels. L’énergie étant le nerf de la guerre dans ce dossier, ça inquiète notre corporatif”, met en relief M. Gauthier.

Entre autres solutions afin de remédier au problème du lac Kénogami, le patron d’Elkem propose l’augmentation du niveau minimal du cours d’eau. Il suggère un retour aux barèmes d’avant le déluge de 1996, soit 164,15 mètres.