le mardi 21 juin 2011

Lutte aux algues bleu-vert

Des étudiants scruteront les berges de certains lacs et analyseront l’eau

CHICOUTIMI – Au cours des prochains mois, une équipe d’étudiants embauchés par l’Organisme de bassin versant du Saguenay (OBV) scrutera à la loupe les berges de certains lacs, en plus d’analyser l’eau de plusieurs cours d’eau. Ils récolteront ainsi des informations qui les aideront à lutte contre la prolifération des algues bleu-vert.

Les quatre étudiants se sont mis à la tâche la semaine dernière pour mener une première action, soit une campagne d’échantillonnage d’eau afin de connaître les concentrations de phosphore dans l’eau de la rivière Saguenay. En tout, ce sont 21 stations réparties sur autant de rivières entre Alma et Petit-Saguenay qui seront échantillonnées jusqu’en octobre, et ce, à neuf reprises. Ces échantillons permettront de mesurer la quantité de phosphore se retrouvant dans chacun des cours d’eau. Le phosphate étant la principale cause de la prolifération des algues bleu-vert, il est très important de connaître les concentrations de cet élément dans l’eau.

“Le taux de phosphore dans certains de nos cours d’eau peut être préoccupant et chaque année, la présence de fleurs d’eau d’algues bleu-vert nous rappelle l’urgence d’agir. L’échantillonnage nous permet de connaître les endroits où les quantités de phosphore sont trop importantes”, précise le directeur général d’OBV Saguenay, Marco Bondu.

S’il est important de connaître le taux de phosphore, il est important d’identifier sa provenance. C’est pourquoi sera aussi mesuré le taux de coliformes fécaux, paramètre biologique directement relié à l’activité humaine.

Les principaux partenaires financiers de ce projet sont le Conseil régional d’environnement et du développement durable (CREDD), le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs et l’Agence régionale de la santé et des services sociaux.

Bandes riveraines

Les jeunes embauchés travailleront également à faire la caractérisation des bandes riveraines de certains plans d’eau, soit le lac Kénogami, le lac des Bleuets (Jonquière) et le lac Sébastien (Shipshaw). Hier, ils se trouvaient au lac Kénogami pour effectuer une première sortie. Les étudiants en biologie et technique du milieu naturel se promèneront en chaloupe près des berges des lacs. Cela leur permettra de détailler la composition végétale sur les berges et d’identifier les problèmes de bandes riveraines, mais aussi de rencontrer les citoyens et de leur expliquer leurs actions. Les bandes riveraines, a rappelé Marco Bondu, jouent un rôle primordial, notamment en stabilisant et en réduisant l’érosion des berges, de même qu’en interceptant le phosphore libéré par les installations septiques avant son arrivée dans l’eau des lacs.

“Ces projets-là nous donneront un état de la situation pour orienter les actions qui devraient être réalisées pour améliorer la qualité de ces lacs, comme le reboisement des berges”, a ajouté Lisane Gamache, biologiste et chargée de projet de l’OBV Saguenay.

Une cartographie sera effectuée et remise aux partenaires de la table de concertation, comme les organisations qui font du reboisement et les municipalités.

Ce projet est une initiative de plusieurs partenaires, comme Ville de Saguenay, la municipalité de Larouche, le Comité de bassin du lac Kénogami et des rivières Chicoutimi et Aux-Sables, l’Association pour la protection du lac Kénogami (APLK), la Société d’aménagement de la rivière Aux-Sables.