le mercredi 2 novembre 2011

Le ministère n’a rien à redire

Le plan de coupe est respecté

LAC-KÉNOGAMI – Les opérations réalisées par les Industries TLT de Sainte-Monique de Honfleur respectent les plans de coupe déposés au ministère des Ressources naturelles et de la Faune à l’exception du tremble qui a été laissé en bordure de la route.

Au cours d’une conférence téléphonique, le directeur régional du ministère Alain Thibeault, et le directeur des opérations, Robert Lacroix ont confirmé que l’entreprise n’a reçu aucune infraction en lien avec les travaux au lac McDonald. En fait, il y a eu un problème dans les opérations, mais le ministère a été informé très tôt de cette situation.

“Il y avait un repreneur qui s’était manifesté pour le tremble. Finalement, l’entreprise a décidé de ne pas prendre le bois qui était empilé en bordure de la route. On cherche activement un utilisateur. On pourrait en faire de la biomasse. Ça devrait se régler au cours des prochaines semaines”, explique Robert Lacroix.

Les deux représentants du ministère ont rappelé les discussions tenues lors des rencontres d’harmonisation. L’APLK y a participé et a donné son aval au projet de coupe, selon le directeur des opérations. Il avait alors été convenu qu’en plus des coupes forestières nécessaires pour l’approvisionnement de la scierie, les Industries TLT allaient aussi effectuer des travaux de récolte pour du bois de chauffage à partir des tiges de moins grande qualité. Le bois récolté devait également être disponible pour les villégiateurs qui ont besoin de bois de chauffage.

L’objectif d’attribuer le doit de récolter le bois de chauffage était d’éliminer les bouquets de branche en hauteur pour permettre une régénération de qualité. Selon le ministère, cette démarche a été saluée par plusieurs villégiateurs qui ont ainsi eu accès à des volumes de bois de chauffage.

Le ministère assure avoir été informé en tout temps des problématiques rencontrées par l’entreprise de sciage pour le bois de tremble. Selon le ton de la discussion, il ne s’agit pas d’un problème grave ou d’une tentative de l’entreprise détenant le permis de contourner les engagements pris pendantla période d’harmonisation. L’entreprise a respecté des normes plus élevées que ce que lui permet la réglementation sur les opérations forestières dans les unités d’aménagement, selon M. Lacroix.

Les Industries TLT devraient normalement réaliser d’autres travaux de récolte dans ce secteur. L’entreprise détient un volume d’approvisionnement forestier dans cette unité d’aménagement et le ministère confirme qu’elle a respecté en tout point ses obligations.

En ce qui concerne les opérations de la scierie Girard dans la forêt Cyriac, les permis seront accordés en février. Le directeur régional Alain Thibeault a confirmé qu’il s’agissait de secteurs sensibles et que les discussions sur l’harmonisation doivent se poursuivre.

“Nous avons décidé de retarder l’émission au mois de février puisque nous avons une autre solution pour éviter que l’industriel soit en pénurie de bois pour faire fonctionner l’usine”, a conclu le directeur régional.