le samedi 9 novembre 2013

Une proposition spécifique prévue pour le lac Kénogami

JONQUIÈRE – La Conférence régionale des élus (CRÉ) prépare la seconde phase de consultation et de dépôt de proposition en prévision de la mise en place de nouvelles aires protégées sur le territoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Cette proposition inclurait une nouvelle aire d’environ 100 kilomètres carrés dans le secteur du lac Kénogami.

Le directeur général de la CRÉ, Marc Dubé, a déclaré que la prochaine proposition vise les 2,22% de l’objectif restant. « Nous avons dû attendre les résultats des études pour le plan de rétablissement du caribou forestier avant de planifier la nouvelle proposition », a indiqué M. Dubé.

Invité à se prononcer sur ce qu’il adviendrait de la proposition déposée et appuyée par 630 citoyens de l’Association de protection du lac Kénogami (APLK) qui réclament la création d’une aire protégée de 487 km carrés au pourtour et au sud du lac, M. Dubé a refusé de dire si elle sera incluse ou non dans la proposition tant que des rencontres n’auront pas été tenues avec les dirigeants. « L’APLK sera rencontrée. Nous avons quelque chose à leur proposer pour expliquer comment les choses se dérouleront. La proposition de l’APLK sera incluse dans la deuxième proposition que la CRÉ va dévoiler. »

Il ajoute que les travaux ont été ralentis par la dernière campagne électorale municipale à Saguenay. La ville devra déposer elle aussi sa proposition, au même titre que la MRC du Fjord-du-Saguenay.

Selon les informations qui émanent de la Table régionale d’analyse des carences en aires protégées, la proposition qui sera déposée pour le secteur du lac Kénogami inclurait une aire protégée d’une superficie de 100 km carrés en bordure du réservoir, près de la rivière Cyriac. La solution mitoyenne inclura la création d’un parc régional comme le réclame la MRC du Fjord-du-Saguenay qui a déjà investi dans l’aménagement d’un sentier pédestre reliant Hébertville à l’entrée de la Réserve faunique des Laurentides.

« Il y aura une proposition qui répondra partiellement à ce que réclame l’APLK. On est convaincu qu’ils trouveront leur compte là-dedans. Ce serait le meilleur des deux mondes », a déclaré Gérald Savard, préfet de la MRC.

Un corridor de protection dans le secteur de la rivière Péribonka serait également inclus dans la proposition.

Du côté de l’APLK, Claude Collard, porte-parole de l’organisme, craint de « voir sortir un lapin du chapeau » dans ce dossier, d’autant plus que des informations sont parvenues à ses oreilles à l’effet que la CRÉ aurait demandé à Saguenay, le 27 septembre dernier, de retirer son document d’orientation quinze minutes après l’avoir déposé.