le Dimanche 5 février 2012

Scierie Thomas-Louis Tremblay

L’exploitation reprend au sud du lac Kénogami

Lac-Kénogami – La scierie Thomas-Louis Tremblay pourra poursuivre l’exploitation forestière au sud du lac Kénogami. Les autorités de Saguenay s’apprêtent à signer une entente d’harmonisation avec l’entreprise, laquelle devra s’engager à respecter certaines recommandations.

Récemment réunies en assemblée, les instances décisionnelles de la ville ont autorisé le Service du génie à ratifier le plan annuel d’intervention forestière avec Les Industries Thomas-Louis Tremblay (TLT). On sait que le secteur concerné par la coupe fait présentement l’objet de plusieurs projets visant à protéger le territoire et le cours d’eau.

Thomas-Louis Tremblay devra, entre autres éléments, tenir compte du guide Saines pratiques, voirie forestière et installation de ponceaux dans sa planification. Le guide a été développé pour la région de la Gaspésie et a pour but de minimiser les impacts de la construction de chemins sur la qualité de l’eau. L’entreprise devra également revoir la façon dont les coupes mosaïques sont planifiées pour mieux intégrer le concept de dispersion et de forêt résiduelle dans l’espace. À l’instar de 2010, la compagnie aura aussi l’obligation de conserver des bandes de protection de 50 mètres le long des lacs et des ruisseaux. Enfin, les autorités municipales demandent aux Industries TLT de respecter des engagements pris l’an dernier concernant le secteur du lac McDonald.

« La signature de cette entente sera conditionnelle à ce que l’ensemble des permis d’interventions au sud du lac Kénogami respecte la contribution maximale déterminée par le comité de travail mis en place par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune », peut-on lire dans une résolution du comité exécutif, adoptée le 19 décembre dernier.

Table

Tous les intervenants concernés par la protection du lac Kénogami sont désormais assis autour d’une même table. On sait que l’Association pour la protection du Lac-Kénogami (APLK) caresse un projet d’aire protégée, alors que Saguenay privilégie le concept de forêt de proximité. De son côté, la MRC du Fjord penche en faveur de la création d’un parc régional. Une rencontre de discussions a eu lieu cette semaine, mais il n’a pas été possible d’en obtenir le bilan. Une autre réunion se tiendra prochainement. Par ailleurs, Claude Collard a récemment quitté la présidence de l’APLK. Patrick Nadeau en assume présentement l’intérim. Joint par téléphone, le président intérimaire a indiqué que l’objectif de tous les intervenants impliqués dans la démarche de concertation est le développement d’un plan à long terme de valorisation et de protection du plan d’eau.