le lundi 28 février 2005

Barrage de la Pikauba: Roger Nicolet est surpris de la décision de Québec

L’ingénieur Roger Nicolet se dit surpris de la décision du gouvernement Charest de ne pas construire d’ouvrage de retenue sur la rivière Pikauba, dans la réserve faunique des Laurentides.

Roger Nicolet, qui a présidé la Commission scientifique et technique sur la gestion des barrages à la suite des inondations de juillet 1996 au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ne veut toutefois pas se prononcer sur les solutions de remplacement à la construction de cet ouvrage.

La commission Nicolet avait recommandé la construction d’un tel barrage afin de mieux contrôler les apports du lac Kénogami. Ce plan d’eau a débordé et causé d’importants dommages aux maisons et terrains situés le long des rivières Chicoutimi et aux Sables, les deux effluents du lac Kénogami. « C’est toute la sécurité d’une région qui est en jeu. Je pense qu’on ne peut certainement pas lésiner avec cela », a déclaré M. Nicolet.

Ce dernier affirme toutefois que, dans un contexte de réchauffement climatique, il ne faut négliger aucune solution pour éviter la répétition des événements de 1996. « Dans un contexte de changements climatiques, les crues sont de plus en plus difficiles à prévoir et on ne peut pas lésiner sur les mécanismes à mettre en place pour assurer la protection de toute une population en aval du barrage Kénogami », a insisté l’ingénieur.

La semaine dernière, la ministre responsable du Saguenay-Lac-Saint-Jean dans le cabinet Charest, Françoise Gauthier, a déclaré qu’on n’a jamais retracé les 178 millions de dollars que l’ancien gouvernement péquiste avait prétendument mis de côté pour réaliser ce projet.

Sa déclaration a fait sursauter le député du Parti québécois dans Chicoutimi, Stéphane Bédard. Il a accusé de tous les maux sa collègue de la circonscription voisine.