le mercredi 25 septembre 2013

Association pour la protection du lac Kénogami

Urgent besoin de bénévoles

L’Association pour la protection du Lac Kénogami (APLK) qui tiendra son assemblée générale annuelle, ce dimanche 29 septembre, lance un cri d’alarme pour recruter de nouveaux membres au sein du conseil d’administration de son organisation qui doit débattre de dossiers importants.

La qualité de l’eau, des rives, la protection de l’environnement et de la forêt dans le secteur sud de la vaste étendue d’eau sont autant de dossiers requérant l’implication des membres de l’APLK.

«Il y a deux ans, sur 1000 membres, nous étions à peine une vingtaine à l’assemblée générale. Il faut vraiment que les gens s’impliquent et participent aux discussions. Moi, je ne peux plus assumer cette responsabilité», affirme Jos Thomas, qui a accepté d’assurer l’intérim du président démissionnaire, Patrick Nadeau, en février dernier. Le septuagénaire qui est un bénévole reconnu avoue qu’il aimerait céder la place à un successeur plus jeune.

Le plus beau lac

M. Thomas évoque, notamment, l’importante question des aires protégées et de la consultation sur les zones d’études auprès de la population concernée.

«Nous avons reçu très peu de retours de formulaires. Ce sont pourtant des enjeux prioritaires. Le lac Kénogami est extrêmement riche, c’est une source d’eau potable et il faut le protéger», réitère celui-ci.

Avec des dossiers comme le mini-déluge de juin et les algues bleu vert, Jos Thomas espère qu’ils inciteront les jeunes et les personnes intéressées à se manifester et à s’impliquer au sein de l’APLK.

«Nous avons un des plus beaux lacs sauvages du Québec avec à peine 25 % de la périphérie qui est habitée. C’est un lieu de villégiature magnifique et il faut assurer sa pérennité», conclut M. Thomas.La rencontre se déroulera le 29 septembre, à 10 h 30 à l’édifice municipal du Lac-Kénogami.