le mardi 25 février 2003

Régularisation des crues du bassin versant du lac Kénogami

La réalisation du projet de régularisation des crues du bassin versant du lac Kénogami entraînerait la perte de 1200 hectares de forêt productive et de 1600 hectares d’habitat faunique.

Treize propriétés privées seraient également affectées par le creusage du seuil de la rivière aux Sables.

Par contre, l’étude d’impact environnemental rendue publique par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) affirme que les riverains et les plaisanciers du lac Kénogami tireraient avantage du projet.

Cela serait dû, notamment, au fait que de nouveaux secteurs pourraient être ouverts à la villégiature en raison d’un niveau d’eau plus élevé durant la période estivale.

La pêche à la truite serait affectée

La création du réservoir Pikauba ferait, toutefois, grimper la température de l’eau, ce qui obligerait le ministère de l’Environnement à restreindre la consommation des truites mouchetées provenant du bassin du lac Kénogami. Cette restriction s’étendrait sur une dizaine d’années.

Ce projet s’inscrit dans la foulée des mesures préventives recommandées par la commission Nicolet, à la suite des inondations de 1996.