Le Progrès-Dimanche,  24 Juillet 2005

Lac Kénogami

Les plaisanciers apprécient la patrouille nautique

LAC KÉNOGAMI (RB) – La patrouille nautique de Saguenay est la bienvenue sur les eaux du lac Kénogami. Les plaisanciers rencontrés lors d’interventions policières avec le journaliste du Progrès-Dimanche sont unanimes sur l’importance d’une présence policière sur ce plan d’eau.

« Les propriétaires de bateaux qui habitent autour du lac sont généralement respectueux des règles et de l’éthique qui régissent la sécurité nautique.  Ce sont les touristes, les visiteurs occasionnels ou les jeunes qui dérogent aux règles » confie Hervey Simard, un plaisancier de Chicoutimi rappelant que le premier samedi des vacances de la construction a été très achalandé et que la navigation devenait parfois difficile.  Ce plaisancier a fait ces commentaires lors d’une inspection de routine du bateau patrouille.  Le propriétaire du bateau a d’ailleurs tous les équipements nautiques obligatoires à bord de son embarcation, lors de la vérification des patrouilleurs.

Ce sont les policiers membres de l’Unité de soutien opérationnel de Saguenay qui patrouillent sur les plans d’eau de la ville fusionnée. Les agents Gilles Gauthier et Richard Torrenson font partie de l’équipe qui navigue sur le Zodiac à coque rigide, équipé de deux moteurs de 50 forces, utilisés par le corps de police de Saguenay.

« Nous vérifions si les propriétaires de bateau possèdent les équipements nécessaires à bord et s’ils sont conformes aux règles de la sécurité nautique », indique Gilles Gauthier qui était au gouvernail du bateau lors d’une patrouille, jeudi dernier.

«On surveille principalement si le nombre de vestes de flottaison individuelle (VFI) sont en nombre suffisant et si elles sont adaptées aux passagers comme les enfants par exemple», explique le policier. Rappelons qu’un avertissement nautique demeure durant deux ans au dossier d’un propriétaire de bateau alors que c’est seulement un mois dans le cas d’un conducteur automobile.

Pour ce qui est de l’alcool sur les bateaux, la loi prévoit que les plaisanciers peuvent boire en conduisant sauf qu’ils ne doivent pas dépasser la limite légale de .08 comme taux d’alcool dans le sang. «Pour ce qui est de la réglementation de la vitesse sur le lac Kénogami, les policiers n’émettent pas de constat d’infraction pour respecter un récent jugement invalidant un règlement de la municipalité de Saint-Sauveur. Le règlement stipulait que les embarcations ne devaient pas excéder la limite de 10 km/h à moins de 50 mètres des berges», explique Jean Boily, des affaires publiques de la police de Saguenay.

« Même si nous n’émettons pas de constat d’infraction, nous sommes en mesure de sensibiliser les plaisanciers qui naviguent à très grande vitesse près des rives » fait savoir Gilles Gauthier tenant compte du gros bon sens.

Après quelques heures de patrouille, sur le lac Kénogami, le Progrès-Dimanche a pu constater la grande collaboration des plaisanciers qui préfèrent naviguer dans un environnement nautique bien encadré.

Outre le lac Kénogami, la patrouille nautique de Saguenay exerce une surveillance sur la rivière Saguenay, du barrage de Chute à Caron jusqu’à La Baie des Ha! Ha!