AU COURANT DU LAC

Édition Hiver 2017

Des algues bleu-vert au lac Kénogami: un signal d’alarme pour tous.

Si les algues bleu-vert ne font plus la une de tous les médias, comme c’était le cas il y a quelques années, c’est peut-être que nous nous sommes habitués à les voir resurgir épisodiquement dans les mêmes plans d’eau, été après été… Et peut-être en avons-nous conclu à tort que le nôtre n’en serait jamais touché.  Figurez-vous qu’une fleur d’eau a pourtant été confirmée en 2017 au lac Kénogami, près du débarcadère du secteur Portage-des-Roches Sud.

Des signalements ont été faits les 10 et 15 juillet et la fleur d’eau a été confirmée par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC). Il faut savoir que les algues bleu-vert, ou cyanobactéries, sont présentes dans tous les lacs et cours d’eau en permanence. Ce sont des cellules microscopiques qui vivent et croissent, comme les plantes vertes, grâce à la photosynthèse rendue possible par la lumière du soleil et les nutriments présents dans l’eau. C’est leur prolifération excessive qui donne lieu à des fleurs d’eau visibles, semblables à un déversement de peinture verte ou à une soupe au brocoli. Celles-ci constituent un signal d’alarme sur l’état de santé d’un plan d’eau, indiquant la présence trop abondante de nutriments riches en phosphore et en azote. Peuvent s’ensuivre des débalancements importants de l’écosystème et une perte de qualité de l’eau, ainsi que la production de cyanotoxines qui constituent une menace réelle à la santé humaine. La présence d’une fleur d’eau d’algues bleu-vert cet été au lac Kénogami est un sujet préoccupant et c’est aussi l’affaire de tous!

En effet, ce lac est sujet à d’importantes pressions de la part des nombreuses habitations humaines présentes sur ses rives et des activités récréotouristiques qui s’y pratiquent. Les installations septiques, parfois inadéquates; les parterres gazonnés et autres surfaces imperméables; l’application d’engrais, même d’origine biologique; et le retrait de la végétation naturelle longeant le bord de l’eau sont tous des aménagements susceptibles d’augmenter la quantité de nutriments atteignant l’eau du lac. Or, en plus d’être un lieu de choix pour la villégiature, la pêche et les activités nautiques, le lac Kénogami constitue aussi la source d’approvisionnement pour l’eau  potable  de  120 000 résidents de la Ville de Saguenay!

Il s’impose donc d’adopter des bonnes habitudes riveraines pour veiller au maintien de la qualité de l’eau pour le bénéfice de la collectivité. La préservation ou le rétablissement de la végétation naturelle en bordure du plan d’eau est l’un des moyens à la portée de tous d’agir en ce sens. Même sans avoir à planter, le simple fait de cesser de tondre la pelouse vous permet de respecter la règlementation en vigueur et de contribuer à la santé du plan d’eau… et à la vôtre!