le Vendredi 17 Novembre 2017

Nos lacs sont-ils en bon état?

Dans la grande majorité des cas, oui. Cela dit, bon nombre d’entre eux, surtout dans le sud du Québec, sont amochés par les activités agricoles ou de villégiature. Explorez notre carte sur l’état de 665 lacs de la province.

État de 665 lacs du sud du Québec

Source : Ministère du Développement durable, de l’Environnement du Québec

Le Québec regorge de lacs. On compte près d’1 million de plans d’eau d’au moins un hectare. Probablement que 99,9 % d’entre eux sont en bon état, selon Yves Prairie, professeur de sciences biologiques à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et titulaire de la Chaire UNESCO en changements environnementaux à l’échelle du globe.

Ce dernier précise que la plupart des lacs se trouvent dans le nord de la province. Et ceux qui sont dans le sud du Québec, là où il y a plus d’activités humaines, sont « dans un état tout à fait acceptable », poursuit le professeur Prairie.

« Si on se compare à l’Europe, je dirais que la vaste majorité de nos lacs sont dans un meilleur état. Ceci dit, on a des cas patents de lacs qui sont vraiment amochés. »
Yves Prairie, de l’UQAM

Les experts évaluent l’état général des lacs en vérifiant notamment leur eutrophisation, c’est-à-dire leur fertilité. Ils le font en analysant la transparence de l’eau et en mesurant les concentrations de phosphore, de chlorophylle a et de carbone organique dissous.

L’eutrophisation?

C’est le processus d’enrichissement graduel d’un lac en éléments nutritifs. L’eutrophisation est un phénomène naturel qui peut être accéléré par les activités humaines.

Un lac en très bon état est peu nourri. On dira alors qu’il est oligotrophe. « Augmenter la fertilité, pour les lacs, n’est pas une bonne chose en soi », explique Yves Prairie. Quand un lac est trop nourri, il est eutrophe. Parmi les signes d’eutrophisation : surabondance des algues microscopiques, une eau moins transparente et moins d’oxygène dans les couches profondes.

Les degrés de fertilité (de peu nourri à très nourri) :

  • ultra-oligotrophe (très peu enrichi);
  • oligotrophe (peu enrichi);
  • oligo-mésotrophe (entre oligotrophe et mésotrophe);
  • mésotrophe (moyennement enrichi);
  • méso-eutrophe (entre mésotrophe et eutrophe);
  • eutrophe et hyper-eutrophe (enrichi et très enrichi).

 

Voir l’article complet sur Radio-Canada