le mercredi 15 janvier 2014

Lac Kénogami : une partie de la forêt entourant le lac sera protégée

L’Association pour la protection du lac Kénogami (APLK) obtient gain de cause sur le territoire de Saguenay. Une partie de la forêt entourant le lac Kénogami deviendra une aire protégée.

L’APLK travaille depuis 2007 pour qu’un territoire de plus de 400 kilomètres carrés autour du lac soit une aire protégée.

Une rencontre avec le maire de Saguenay, cette semaine, a conduit à l’adoption d’une résolution par le conseil exécutif de la Ville.

« Je ne sais pas s’il y a d’autres villes qui vont en avoir plus que nous, mais là, on va avoir 7% de notre territoire qui va être sous aire protégée. Il semblerait qu’on est pas mal des leaders de ce côté-là », précise Jean Tremblay.

Membre de l’APLK, Claude Collard applaudit la décision de Saguenay. « Si la ville de Saguenay dans sa totalité peut bénéficier du magnifique paysage partout au sud et au nord du lac Kénogami, ce n’est pas une perte du tout. C’est un gain continuel », dit-il.

Toutefois, le combat n’est pas terminé pour l’association qui souhaite que la municipalité régionale de comté (MRC) du Fjord-du-Saguenay fasse comme Saguenay.

Le préfet Gérald Savard refuse. « On est trop restreint. Pour moi, une aire protégée, j’appelle ça un cimetière. Il y a plein de choses que tu ne peux pas faire », déplore-t-il.

La MRC propose un compromis. Elle veut aménager un parc régional de 100 kilomètres carrés sur une partie de la rive sud du lac Kénogami.

« On parle du sentier pédestre, on parle d’équipements récréotouristiques, explique M. Savard. On va dire à des secteurs qu’on veut protéger telle sorte d’arbre, on peut aménager plein de choses touristiques. C’est une façon de protéger un secteur. »

Insuffisant

L’APLK croit que le territoire protégé n’est pas assez grand. L’association veut que tout le sud du lac soit visé.

Un mémoire sera déposé à la Conférence régionale des élus (CRE) du Saguenay-Lac-Saint-Jean d’ici la fin janvier. Dans ce document, l’APLK signifiera que si elle n’obtient toujours pas le soutien de la CRE, elle entreprendra des actions concrètes pour sensibiliser le gouvernement à sa demande.