le mercredi 13 juillet 2005

Les résidents du lac Kénogami abandonnent le projet de barrage sur la rivière Pikauba

L’association des résidents du lac Kénogami met en veilleuse sa demande de construire un barrage de retenue sur la rivière Pikauba pour assurer la sécurité des riverains.

En mars dernier, le projet, évalué à près de 200 millions de dollars, était abandonné par la ministre Françoise Gauthier. Elle soutenait alors regarder d’autres avenues pour assurer la sécurité des riverains afin d’éviter une répétition du déluge de 1996.

Le président de l’association des riverains du lac Kénogami, Louis Pilote, a pris la ministre au mot et lui demande maintenant d’aller de l’avant dans le projet de remplacement, qui vise à creuser la rivière aux Sables. Ce projet, 10 fois moins coûteux, rassurerait les riverains, selon M. Pilote : « Ça augmenterait significativement la sécurité des gens sur la rivière aux Sables, et particulièrement sur la rivière Chicoutimi. Ça pourrait permettre une meilleure évacuation, en cas de crue importante.Ça veut dire que c’est une partie de la proposition, qui coûte moins cher, qui devrait être fait le plus tôt possible. »

M. Pilote précise que la capacité d’évacuation de la rivière aux Sables pourrait ainsi passer de 150 à 650 mètres cubes à la seconde, sans modifier les barrages actuels. En prime, les riverains pourraient jouir d’un lac maintenu à un niveau plus haut pour les activités de plaisance.

Pour sa part, l’ancien maire de Lac-Kénogami, Réal Godin, maintenant conseiller municipal du secteur, croit que la construction d’un barrage sur la rivière Pikauba reste la meilleure solution pour sécuriser le lac et améliorer le sort des plaisanciers.

M. Godin considère toutefois que le creusage de la rivière aux Sables vaut mieux que le statu quo, car il aurait le mérite de créer un meilleur déversoir en cas de déluge.

Les riverains du lac Kénogami auront à se prononcer sur cette nouvelle proposition de leur conseil de direction, en septembre prochain.