Samedi le 8 Octobre 2005

Chute-Garneau et Pont-Arnaud

Mireille Jean prévoit un partenariat

CHICOUTIMI (LC) – Si Mireille Jean est élue à la mairie de Saguenay, elle prévoit établir un partenariat avec Hydro-Québec. Elle souhaite ainsi créer un consortium permettant l’exploitation, en copropriété ou en pleine propriété, des installations de Chute-Garneau et Pont-Arnaud.

La chef du Parti Vision nouvelle (PVN) explique que la ville investira pour l’exploitation hydroélectrique des installations, et ce, avec le soutien technique de la société d’État.
Advenant le cas d’un consortium, l’énergie produite sera vendue au tarif offert aux petits producteurs  à Hydro-Jonquière. Le réseau municipal encaissera sa part des profits en la revendant au tarif du marché sur son réseau.
En plus de générer des profits  pour la ville, le partenariat apportera une solution à l’approvisionnement en eau de la centrale de la société Elkem Métal. Selon la candidate, cela donnera à la compagnie la marge de manœuvre nécessaire au maintien de l’usine et des emplois rattachés.
Mireille Jean ne comprend pas la logique du maire actuel. «Il est prêt à investir une quinzaine de millions de dollars dans le projet «les croisières», sans garantie de rentabilité, alors qu’il refuse d’investir le même montant dans un projet hydroélectrique qui assurerait des millions de dollars en revenus à la ville», se questionne-t-elle.
Le projet de Mireille Jean assurera également la stabilité du lac Kénogami, au profit des activités estivales et nautiques. De plus, il permettra de protéger et de développer les activités économiques en expansion au lac Kénogami.
Concernant la vulnérabilité de la stabilité du niveau du lac Kénogami, Mireille Jean en appelle à la responsabilité des gouvernements. Ils n’auront d’autres choix que de réaliser la digue de retenue de la rivière aux Écorces, afin d’assurer la sécurité des citoyens de Saguenay.
«La région n’est pas à l’abri d’un nouveau déluge comme nous  le rappelle douloureusement  l’impact des changements climatiques», souligne-t-elle, en citant par exemple de la variation rapide à la hausse du réservoir entre le 25 et le 27 septembre dernier.