Mardi le 4 Octobre 2005

Comité de bassin du lac Kénogami

Même demande, même réponse… non

CHICOUTIMI (PG) – Le Comité de bassin du lac Kénogami revient à la charge et demande la construction d’un barrage de retenue sur la rivière Pikauba. La ministre régionale, Françoise Gauthier, leur sert cependant la même réponse que la dernière fois. Oubliez ça.

Le président du Comité de bassin, Paul Ruel, ramène sur la table les recommandations du rapport du BAPE d’octobre 2003, à savoir le creusage du seuil de la rivière aux Sables, le rehaussement des digues du lac Kénogami et surtout, la construction d’un barrage de retenue sur la rivière Pikauba au coût estimé de 170 millions $. «Nous voulons que l’essentiel du projet aille de l’avant. Il y a un consensus. Nous redemandons de partir le projet. Il y a une urgence à réaménager le bassin versant», réitère M. Ruel. Il demande à rencontrer à nouveau Françoise Gauthier, de retour depuis hier.
Selon l’attaché de presse de Mme Gauthier, Jean-Sébastien Roy, il n’y aura aucun problème pour arranger cette rencontre. Mais les membres du comité risquent d’être déçus. «La réponse est donnée, c’est non», rappelle M. Roy. Pour les libéraux, il n’est pas question de rouvrir le dossier pour une énième fois, Mme Gauthier ayant été on ne peut plus clair. La réponse évoquée étant le manque d’argent. Les libéraux arguaient que l’argent réservé par les péquistes pour le projet n’existait tout simplement pas. De plus selon M. Roy, le projet aurait même reçu un avis négatif sur le plan technique de la part du Centre d’expertises hydriques, l’unité gérant le niveau du lac Kénogami. Il y a un point où tous se rallient cependant, soit l’importance de creuser le seuil de la rivière aux Sables. «La demande placée au ministre Corbeil (le ministre des Ressources naturelles), c’est de faire passer le débit à 600 mètres cube», indique-t-il. C’est d’ailleurs la priorité de Paul Ruel. «Nous voulons faire ressortir l’urgence du creusage de la rivière», ajoute-t-il. Il renforce son constat en parlant des fortes pluies qu’a connu Charlevoix le mois dernier. Il en tombé près de 100mm de pluie en 6h dernièrement. Lors du déluge en 96, le bassin versant du lac Kénogami avait reçu 256 mm en 48h.
Pour le barrage de retenue, le président du comité de bassin croit qu’il y a lieu de changer la décision politique de la ministre. «Nous avons l’impression que les sommes dont on a besoin vont ailleurs, possiblement à cause de la route du Parc des Laurentides. Ça canalise l’ensemble des besoins de la région», lance-t-il tout en précisant qu’il ne veut absolument pas remettre en question l’élargissement à quatre voies divisées de la 175. Le comité de bassin s’était réuni jeudi soir dernier.