le lundi 3 octobre 2011

Plaidoyer pour protéger le lac Kénogami

Pour préserver la qualité de l’eau potable à Saguenay, l’Association pour la protection du lac Kénogami (APKL) propose de créer une aire protégée de 487 kilomètres carrés au sud du point d’eau.

Le territoire visé par cette proposition, qui a été lancée dimanche lors de l’assemblée générale annuelle de l’association, est géré par les MRC Fjord-du-Saguenay et Lac-Saint-Jean-Est, ainsi que par les municipalités de Saguenay, Larouche et Hébertville.

Selon le président de l’APKL, Claude Collard, le projet a déjà été présenté à plusieurs décideurs, qui se sont montrés enthousiastes.

« Le but premier, c’est d’assurer la protection de la source d’eau potable de Saguenay et de ce magnifique territoire laurentien », explique-t-il.

Le projet reste toutefois encore à définir, selon le technicien en biologie à l’Université du Québec à Chicoutimi et administrateur de l’APKL, Patrick Nadeau. « Il y a différentes catégories d’aires protégées. Ça va de la réserve écologique, qui est la plus restrictive, jusqu’à la réserve de biodiversité, où il y a plus de permissions possibles », souligne-t-il.

En attendant, Patrick Nadeau propose un moratoire sur l’exploitation forestière. « C’est urgent parce que des compagnies forestières ont des vues sur ce territoire-là et des plans d’aménagement sont déposés pour aller faire de l’exploitation sur le territoire », indique-t-il.

L’Association pour la protection du lac Kénogami prévoit rencontrer les élus de la MRC Fjord-du-Saguenay d’ici deux semaines en vue de leur exposer leur projet d’aire protégée et obtenir leur appui.